Français 101

Des études récentes laissent entendre que la place du français, surtout à Montréal, serait menacée. C’est pour éviter ce genre de situation que le premier gouvernement du Parti québécois (PQ) avait promulgué, en 1977, la Charte de la langue française, communément appelée la loi 101.

Dès lors, il n’est peut-être pas inutile de rappeler quelques éléments liés à cette loi.

Elle a un père : Camille Laurin, le père de la loi 101. C’est une des périphrases québécoises (PQ) dont l’Oreille tendue a déjà eu l’occasion de dire un mot. (C’est le même Camille Laurin qui apparaît dans le bien étrange roman la Dague de Cartier de John Farrow.)

Elle a des enfants : les enfants de la loi 101 sont nécessairement nés après son entrée en vigueur, qu’ils soient, ou pas, de souche. Camille Laurin est aussi nécessairement leur père. Il est souvent question d’eux dans l’ouvrage de Léonore Pion et Robert Vézina intitulé Le français, une langue pour tout et pour tous ?

Ces enfants forment une génération : c’est du moins l’opinion du cinéaste Claude Godbout, qui a réalisé la Génération 101 (2008).

Ils sont maintenant dans la trentaine et le temps est venu de tirer leur portrait. Isabelle Beaulieu l’a fait (2003).

Une chanson pour terminer ? Ce sera «Québécois de souche» des Cowboys fringants (2001), dont les premiers mots sont : «Je suis un Québécois de souche / Ma loi 101 faut pas qu’tu y touches / C’est pas que’j sais pas ben parler / Mais chus un colon anglicisé.»

 

[Complément du 22 septembre 2017]

Elle aurait aussi un oncle, le «mononc101». Ce «mononc»-là est un défenseur de la qualité du français au Québec.

 

Références

Beaulieu, Isabelle, «Le premier portrait des enfants de la loi 101. Sondage auprès des jeunes Québécois issus de l’immigration récente», dans Michel Venne (édit.), l’Annuaire du Québec 2004, Montréal, Fides, 2003, p. 260-265.

Les Cowboys fringants, «Québécois de souche», Motel Capri, 2001.

Farrow, John, la Dague de Cartier, Paris, Grasset, coll. «Grand format», 2009, 619 p. Pseudonyme de Trevor Ferguson. Traduction de Jean Rosenthal. L’original anglais a paru deux ans après sa traduction : River City, Toronto, HarperCollins, 2011, 845 p.

Pion, Léonore et Robert Vézina (édit.), Le français, une langue pour tout et pour tous ? Forum des 3 et 4 avril 2009. Montréal, Montréal, Fides, Institut du Nouveau Monde et Conseil supérieur de la langue française, coll. «Supplément de l’État du Québec», 2009, 109 p. Ill.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*