L’identité québécoise

Les sociologues, les historiens et les littéraires l’ont, à juste titre, dit et redit : on peut suivre l’évolution des interrogations identitaires de ceux qu’on nomme aujourd’hui Québécois en s’attachant aux adjectifs qu’on a utilisés pour les désigner (canadiens, canadiens-français, québécois).

Les psychanalystes, eux, ont depuis longtemps du grain à moudre avec un panneau fréquemment vu sur les routes de la Belle Province :

Est-il vraiment possible de confondre ses propres enfants («le vôtre») avec ceux des autres («nos enfants») ? Pareil trouble de l’identité familiale ne devrait-il pas inquiéter ?

P.-S. — Ce panneau ne tarabuste pas l’Oreille tendue d’aujourd’hui; c’est une de ses plus vieilles marottes. Si elle en parle maintenant, c’est parce que ce panneau routier vient d’être adapté au goût du jour. Des manifestations étudiantes récentes ont donné lieu à des affrontements avec la police. D’où ceci :

 

[Complément du 31 janvier 2015]

Vieillissement de la population oblige, il existe désormais une nouvelle version du panneau. (Merci à @JC_Theriault.)

Panneau «Attention à nos p’tits vieux. C’est peut-être le vôtre»

[Complément du 3 juillet 2016]

Variation sur un thème connu, Lévis (Québec), 2016. (Merci à @gpinsonm19.)

Panneau routier, Lévis (Québec), 2016

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “L’identité québécoise”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*