Si vous allez à la police, nous l’exécuterons

Il lit l’Oreille tendue. Appelons-le, entre nous, le Sartrien de choc.

Un jour, il se plaignait de l’utilisation excessive de l’expression prendre en otage. Il en proposait une définition : «Déranger dans leurs habitudes, même temporairement, les contribuables et leur progéniture.» Il avait son exemple : «Les grévistes ont pris les parents et leurs enfants en otage.»

Hier, des manifestants ont bloqué un des ponts qui mènent à Montréal, le pont Champlain. Le Sartrien de choc a dû être ravi devant la manchette de TVA nouvelles annonçant leur geste.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “Si vous allez à la police, nous l’exécuterons”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*