Il y a carter et carter

Au Québec, pour acheter de l’alcool, à la Société des alcools (SAQ) comme ailleurs, il faut avoir dix-huit ans. Si vous ne semblez pas les avoir, on peut vous demander vos papiers — vos cartes. Vous vous faites alors carter.

C’est arrivé il n’y a pas très longtemps à @mcbeaucage :

«La jeune femme moderne sort ses cartes avec plaisir quand elle se fait carter à la SAQ. Han, @MadameChos ?»

Ce sens est courant. L’est moins celui de mettre la photo de quelqu’un sur une carte. Pourtant cet autre sens est attesté par l’exemple suivant :

«Se faire carter à mon âge… merci @Doctorakgo et crew ! http://doctorak-go.blogspot.ca/2013/03/charles-dionne-fabrice-masson-goulet.html» (@Fabricemg).

Même si on entend aussi le premier sens du verbe dans cette phrase («à mon âge»), on ne confondra pas carter et carter.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*