Y aller, ou pas

Des preuves existent : l’Oreille tendue a déjà été jeune. Elle visita la France.

Elle se souvient encore qu’on lui expliqua alors qu’il ne fallait pas dire aller à la toilette, comme il l’avait souvent entendu dans sa province natale, mais aux toilettes. Sinon, les Français, réputés peu friands de régionalismes, risquaient de ne pas la comprendre (ou de faire semblant de ne pas la comprendre).

Cette leçon lui est revenue à l’esprit l’autre jour à la lecture du courriel suivant, d’un de ses lecteurs, Colibrius :

Dans une grande quincaillerie de Trois-Rivières, hier, je dis :
«Mademoiselle, je cherche une toilette.»
Rougissante un peu, elle demande :
«C’est pour acheter ou pour aller ?»

Cette associée était confrontée à une ambiguïté bien réelle en ces lieux où elle travaille. Le courriel de Colibrius ne la lève d’ailleurs pas complètement.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*