Toi, mon associé

L’Oreille tendue aime bricoler, ce qui fait qu’elle fréquente plus souvent qu’à son tour les grandes surfaces du genre Réno-dépôt. Elle y était samedi dernier.

Elle passe à la caisse. Sa facture l’invite à visiter le site labonnejob.ca si elle est à la recherche d’un emploi. Elle y va, bien évidemment — mais pas pour l’emploi. Elle y trouve ceci :


Une question et une remarque.

La question : pourquoi ainsi passer du tu au vous ? On se croirait dans un magasin de jeux électroniques.

La remarque : appeler associé celui qui n’est qu’un commis relève de l’euphémisation généralisée dans laquelle nous baignons, de ce refus d’appeler les choses par leur nom qui a conquis tant de sphères de la vie sociale.

 

[Complément du 20 mars 2014]

Selon le quotidien montréalais la Presse, le mot associé aurait remplacé employé d’abord dans les magasins de la chaîne Walmart en 1994 (17 mars 2014, cahier Affaires, p. 5).

 

[Complément du 11 novembre 2015]

Aujourd’hui, à l’émission Plus on est de fous, plus on lit ! de la radio de Radio-Canada, le journaliste économique Gérald Filion a notamment choisi le mot associé dans le segment de l’émission intitulé «Les mots à bannir de la bouche des économistes».

À la suite de son passage, sur Twitter, deux autres mots ont été rapprochés de celui-là, collaborateurs (@VGaudreau) et talents (@leblancetienne). Ce n’est pas mieux.

 

[Complément du 16 décembre 2017]

David Turgeon, dans son roman le Continent de plastique (2016), fusionne les deux fonctions : «Odette alla chercher une bouteille de rosé dont un commis-associé nous avait assuré plus tôt ce jour-là qu’elle accompagnerait finement les soirées chaudes et les viandes rouges grillées» (p. 79).

 

Référence

Turgeon, David, le Continent de plastique, Montréal, Le Quartanier, coll. «Écho», 16, 2017 (2016), 298 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

11 thoughts on “Toi, mon associé”

  1. Ce qui me trouble tout particulièrement, c’est cette femme qui se déhanche pour le type en arrière-plan, qui « jouit » de sa « flexibilité »…

  2. L’iconographie de ce genre est au moins aussi répandue que l’euphémisation généralisée. À preuve, les nombreuses affiches publicitaires qui tapissaient le métro* proposant au chaland une formation en mécanique, soudure, etc. Sous couvert d’égalité des sexes dans l’accès à ces emplois traditionnellement occupés par des hommes, on y voyait des blondasses en bleu de travail maniant de gros outils. Dans la mise en scène, on est pas loin du calendrier cochon affiché dans le back-room de l’atelier.

    *du moins, elles étaient nombreuses il y a trois ans, quand j’étais au Québec.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*