Tanné, bis

Le 25 avril 2012, l’Oreille tendue proposait quelques réflexions sur la place, au Québec, du mot tanné et sur son histoire. Les exemples venaient de Twitter, de la littérature, de la chanson.

En voici deux nouveaux, tirés du monde de la publicité, les deux dans une tournure interrogative.

Le premier était dans l’édition numérique du quotidien la Presse, la Presse+, le 26 avril dernier.

La Presse+, 26 avril 2013

On doit le second à l’excellent blogue OffQc, dans sa livraison du 2 mai.

Publicité de la Maison Jean-Lapointe

D’une année sur l’autre, on ne se tanne pas de tanné.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Tanné, bis”

  1. Histoire de vous contredire, Bernard Adamus s’en tanne justement dans une chanson de son album intutilé No 2 : Arrange-toi avec ça.

    « Du monde qui ont toute/ Rien à manger/Eh qu’ch’tanné/
    D’dire chus tanné »

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*