Le zeugme du vendredi matin et de Jean-François Vilar

Jean-François Vilar, C’est toujours les autres qui meurent, éd. de 1986, couverture

«La rue, j’aime ça. Photos au grand-angle, au jugé, au maximum de distance focale.»

Jean-François Vilar, C’est toujours les autres qui meurent, Paris, J’ai lu, coll. «Romans policiers», 1979, 1986 (1982), 211 p., p. 10.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Le zeugme du vendredi matin et de Jean-François Vilar”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*