Huit néologismes pour tous les goûts

Smartnomination (Facebook)

Un vibrateur ? Banal. Pensez plutôt autoérotiseur (le Devoir, 10 février 2014, p. A4). Ça ne vibre pas, mais ça sert, grosso modo, à la même chose.

L’Oreille tendue connaissait la littérature grise. Elle découvre l’existence de la littérature noire. Non, pas le roman policier, mais des répertoires numériques cachés, créés à des fins de conservation. Ce serait la traduction de dark archive.

Pierre Assouline (@Passouline) appelle les amateurs de polars des polardeux.

Ce film est un pamphlet ? Pourquoi ne pas parler de pamphlilm (merci à @parolesdesjours) ?

Ni bazar ni vernissage, ou la conjonction des deux ? Organisez un bazarnissage (merci à @revi_redac).

Les complots sont partout. (Les tenants de la théorie du complot vous le diront.) Y compris dans Internet. Méfiez-vous de la complosphère (merci à @OursMathieu).

Vous souhaitez «créer une chaîne sur Facebook en défiant vos amis» (Julien Voinson). Si vous les poussez à boire, ce sera de la neknomination. Si vous les poussez à faire une bonne action, ce sera de la smartnomination.

On n’arrête pas le progrès.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Huit néologismes pour tous les goûts”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*