Le zeugme du dimanche matin et de Simenon

Simenon, les Inconnus dans la maison, couverture

«[…] de temps en temps, il mâchait à vide, son mépris ou ses rancœurs, ou le mauvais goût qu’il avait toujours le matin à la bouche.»

Simenon, les Inconnus dans la maison (1940), dans Romans. I, édition établie par Jacques Dubois, avec Benoît Denis, Paris, Gallimard, coll. «Bibliothèque de la Pléiade», 495, 2003, p. 893-1042 et 1442-1458, p. 1107.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*