L’autre poche

Il y a jadis naguère, l’Oreille tendue s’interrogeait sur la persistance de l’adjectif poche dans son acception québécoise. Plus récemment, une publicité lui a rappelé un des sens, également québécois, du substantif.

L’Oreille se trouvait dans des lieux d’aisances universitaires. Elle se tenait devant l’urinoir quand son attention a été attirée par un autocollant au sol, celui-ci :

Publicité, Université de Montréal, avril 2015

Quelle est donc cette «belle poche», accompagnée d’un pimpant point d’exclamation ? Elle peut désigner aussi bien un produit commercial, celui annoncé par l’autocollant, en l’occurrence un t-shirt décoré d’une poche de couleur, que, dans la langue populaire québécoise, l’«enveloppe cutanée des testicules», d’où sa position publicitaire stratégique.

On appréciera. Ou pas.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “L’autre poche”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*