Les zeugmes du dimanche matin et de Maxime Raymond Bock

Maxime Raymond Bock, Des lames de pierre, 2015, couverture

«Les deux nouveaux occupaient les couchettes superposées les plus proches de l’arche de la cuisine, afin, le matin, de commencer la préparation du gruau le plus discrètement possible et, le soir, de se coucher de la même façon après tout le monde et la vaisselle» (p. 13).

«Puis des bosquets, des nuits lumineuses et des midis sans soleil, des coups de feu occasionnels dans le lointain, la fraîcheur revenue en altitude et des fruits trouvés ici et là se sont enchevêtrés jusqu’à ce qu’il tombe sur une caravane quechua qui menait ses ânes et ses paniers à Lima» (p. 66).

Maxime Raymond Bock, Des lames de pierre. Novella, Montréal, Le Cheval d’août, 2015, 104 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*