Passage délicat

Seattle Electric Washer Co., The Argus (Seattle), 24 avril 1920, p. 6

Soit la phrase suivante, tirée de la Presse+ du 11 septembre 2017 :

De simple petite bécane à tout faire, la sympathique Scrambler Icon passe dans le tordeur des stylistes de Ducati et devient la sexy Scrambler Café Racer.

Une moto passerait «dans le tordeur» et en sortirait transformée, et pour le mieux. Cette utilisation méliorative de passer dans le tordeur étonne un brin l’Oreille tendue.

L’expression renvoie au fonctionnement des anciennes machines à laver : pour essorer les vêtements, on les passait entre des rouleaux appelés tordeurs. (Le terme est «déconseillé» par l’Office québécois de la langue française depuis 1973.)

Qui mettait la main, au lieu d’un vêtement, dans le tordeur en souffrait cruellement. Voilà pourquoi l’expression peut être connotée négativement. Exemple :

Rappeur à la langue bien pendue, [Booba] trône au sommet des ventes d’albums en France depuis la sortie, fin novembre, de son cinquième album, Lunatic, disque vitriolique qui passe la France au tordeur (la Presse, 18 décembre 2010, cahier Arts et spectacles, p. 11).

Le dictionnaire numérique Usito — «être dans un enchaînement de circonstances qui se compliquent et dont on ne peut se dégager» — et Pierre DesRuisseaux — «s’immiscer, se laisser entraîner malencontreusement dans une affaire» (p. 305) — donnent une définition différente. Pour l’un et pour l’autre, le synonyme en français de référence d’avoir le bras dans le tordeur serait mettre le doigt dans l’engrenage. Cela ne correspond à aucun des deux exemples relevés ci-dessus.

Les temps seraient-ils en train de changer ?

 

[Compléments du 18 septembre 2017]

1.

Autre exemple, venu de Twitter, du deuxième sens décrit ci-dessus :

On notera le passage de dans le tordeur à au tordeur.

2.

Lisant la phrase suivante : «Le philosophe, professeur à l’UQAM, n’épargne personne : même Lévesque et Parizeau passent dans son broyeur» (le Devoir, 16-17 septembre 2017, p. F6), l’Oreille s’interroge : le tordeur est-il un broyeur ?

 

Illustration : Seattle Electric Washer Co., The Argus (Seattle), 24 avril 1920, p. 6. Reproduction disponible sur Wikimedia Commons.

 

Référence

DesRuisseaux, Pierre, Trésor des expressions populaires. Petit dictionnaire de la langue imagée dans la littérature et les écrits québécois, Montréal, Fides, coll. «Biblio • Fides», 2015 (nouvelle édition revue et augmentée), 380 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

1 pensée sur “Passage délicat”

  1. « De là j’observais les allées et venues de maman; ses manipulations spectaculaires de l’engin quand venait le temps d’enclencher l’agitateur ou de passer le linge dans le tordeur sans s’y prendre les doigts, sans y passer la main comme il était arrivé à ma grande sœur; la cadence de ses mouvements quand elle emplissait la cuve d’eau ; l’habileté avec laquelle elle pliait, quoique grossièrement, le linge essoré avant de le déposer dans la bassine. »
    André Hamel, Mourir d’oubli, Montréal, Leméac, 2017, page 54.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*