L’oreille tendue de… Fanny Britt et Isabelle Arsenault

Louis parmi les spectres, 2016, couverture

«Au début, il parle si fort que je n’ai même pas besoin de tendre l’oreille pour comprendre. Mais ma mère sort sa voix d’outre-tombe, celle qu’elle utilise seulement pour les urgences vitales de type Truffe-qui-s’apprête-à-engloutir-une-amanite-tue-mouche.»

Fanny Britt et Isabelle Arsenault, Louis parmi les spectres, Montréal, Les Éditions de la Pastèque, 2016, 153 p., p. 78.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*