Un été

Mikella Nicol, Aphélie, 2017, couverture

«Moi, j’aurais plutôt besoin qu’on range ma vie.»

Pendant une canicule, dans une ville pouvant être Montréal, la narratrice (dont on ne connaîtra pas le nom) du roman Aphélie travaille de nuit, après de «longues études» (p. 42), dans un centre d’appel pour une compagnie de télécommunications (c’est une sinécure), est triste, boit avec son vieil (et seul) ami Louis dans un bar miteux, croise la mutique Florence (qui est en quelque sorte son double, du moins sur le plan physique), s’entiche de Mia, se passionne pour les reportages télévisés sur un fait divers (où Anaïs Savage peut-elle bien être passée ?), s’ennuie, sue et saigne, échange des textos, consulte son horoscope (en anglais), se fait larguer par Julien, se souvient douloureusement de sa relation avec B., sans pour autant complètement se détacher de lui. Ça ne paraît pas se terminer sous les meilleurs augures.

Référence

Nicol, Mikella, Aphélie, Montréal, Le Cheval d’août, 2017, 116 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*