En direct de la cour d’école 002

C’est full de diff, avoue !

Au primaire — pour l’instant, mais ça pourrait essaimer —, on emploie désormais le verbe avoue — et non avoue que — à des fins d’insistance et de connivence.

Insistance : qui dit avoue marque le coup. Traduction libre : Allez, reconnais-le, allez !

Connivence : qui dit avoue crée du lien. Bis : On le sait bien, toi et moi !

La langue cimente la communauté, par l’aveu (exigé), et au-delà de lui.

 

[Complément du 3 février 2014]

Dans certains cas, avoue, précédé du pronom de la première personne du singulier, peut signifier oui. Exemple :

— C’est bon, non ?
— J’avoue.

(Merci à @PimpetteDunoyer.)

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “En direct de la cour d’école 002”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*