Traduction implicite

Dans le Devoir du 5 octobre, sous la plume de Michel David : «Autant il faut être deux pour danser le tango, autant il ne peut y avoir de trêve que si elle est respectée de part et d’autre» (p. A3).

Pourquoi «danser le tango», et non simplement danser, ou danser une valse, ou valser ? Parce qu’en anglais on dit «It takes two to tango» ?

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “Traduction implicite”

  1. It takes two to tango… Serait-ce un cas de cacophonie? Votre blogue est fantastique; je le découvre avec plaisir et j’y fais même des apprentissages!

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*