La langue du hockey à travers les âges (comme)

Je r’gardais tous ‘es matchs à tévé
Ent’ mon père pis Lecavalier

Pierre Bertrand, «Hockey» (1978)

Il y a quelques mois, il était question, en ces écrans, de l’évolution du lexique du baseball. Aujourd’hui, parlons hockey.

Les amateurs connaissent le rôle joué par l’annonceur René Lecavalier dans la popularisation d’un vocabulaire français pour décrire l’univers du hockey. Pour ses efforts, il a reçu en 1959 le prix Olivar-Asselin de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal et on lui a décerné deux doctorats honoris causa, l’un de l’Université de Montréal, l’autre de l’Université du Québec.

René Lecavalier avait eu des prédécesseurs, par exemple l’abbé Étienne Blanchard.

Parmi les publications du prolifique abbé — Stylistique canadienne, le Bon Français en affaires, Recueil d’idées, Dictionnaire du bon langage, etc. —, on doit faire une place à part à ses imagiers, 1000 mots illustrés ou Gravures et mots ou 2000 mots bilingues par l’image, qui ont connu plusieurs incarnations.

Dans l’édition de 1920 comme dans l’édition de 1924 (en plus petit format) de 2000 mots bilingues par l’image, le lexicographe a une section sur la «balle au camp» (le baseball) et une autre sur le «hoquet» (le hockey). En 1915, les deux sports étaient fondus, et l’un ne portait pas le même nom.

À la fin des années 1910, l’abbé Blanchard a en effet décidé de laisser tomber le terme gouret — qui désignait à la fois le bâton des joueurs et le sport dans son ensemble —, au profit de hoquet. Motif ? «Le mot hockey vient de l’ancien mot français hoquet. Nous sommes de l’avis du “Droit” [journal d’Ottawa], proposant de substituer ce mot à gouret» (2000 mots bilingues par l’image, p. 60).

Hockey a aujourd’hui remplacé hoquet, sauf chez la Catherine Cusset du Problème avec Jane, qui évoque le «hoquet sur glace» (p. 173). Ce n’est pas le seul mot proposé par Étienne Blanchard à être tombé en désuétude; c’est ce que révèle l’illustration de la page 34 de l’ouvrage 1000 mots illustrés ou Gravures et mots.

Les gourets, sauf en ces contrées où l’on croit légitime de parler de palets, sont devenus des bâtons (fig. 18). Le gauleur est un gardien; quelques joueurs sont disparus (le foncier, le milieu), d’autres ont changé de nom (le centre droit, le centre gauche) (fig. 19). Les filets sont dorénavant bien tendus; plus besoin de raidisseur (fig. 20). On a toutefois conservé le ruban gommé (fig. 21) et la jambière (fig. 22). Plus loin dans l’ouvrage, on évoquera la rondelle ou le disque, mais également la galine, mot qui sortira progressivement de l’usage (p. 37).

Quelques années plus tard, dans 2000 mots bilingues par l’image (p. 61), le raidisseur deviendra un tendeur (fig. 3) et on apprendra qu’on peut remplacer ruban gommé par chatterton (fig. 2). La chevillère semblait faire partie, en 1915, du lexique du baseball; en 1920 et en 1924, elle est passée sur la glace (fig. 4).

L’abbé Blanchard était peut-être trop prolifique. En 1925, dans la sixième édition d’En garde !, il oublie de substituer hoquet à gouret. Le gouret de 1915, devenu bâton de hoquet, hoquet ou canne (de hoquet) en 1920 et 1924, est maintenant une (un ?) cross ou une canne (p. 40). La chevillère n’est plus; place au protège-cheville ou au support-cheville (p. 41). En 1915, en 1920 et en 1924, on joue sur un patinoir aussi bien que sur une patinoire; plus en 1925, où le masculin l’emporte (p. 40).

Mais il n’y avait pas que l’abbé Blanchard. En 1937 est publié le Vocabulaire français-anglais des jeux de hockey[,] de tennis et de balle aux buts (base-ball). Ce lexique du hockey ressemble plus au nôtre que celui de Blanchard — patinoire est féminin, on tire la rondelle ou le disque avec un bâton —, mais il reste des différences : pénitencier (banc des punitions), équipe d’as (équipe d’étoiles), pilote (entraîneur), point égalisant (but égalisateur).

Remercions René Lecavalier d’avoir normalisé tout cela.

Références

Blanchard, abbé Étienne, 1000 mots illustrés ou Gravures et mots, Montréal, 1915, 111 p. Ill.

Blanchard, abbé Étienne, 2000 mots bilingues par l’image, Montréal, L’Imprimerie des marchands limitée, 1920, 112 p. Ill.

Blanchard, abbé Étienne, 2000 mots bilingues par l’image, Montréal, Imprimerie J. Tremblay & fils, 1924, 112 p. Ill.

Blanchard, abbé Étienne, En garde ! Termes anglais et anglicismes dans le commerce, les amusements, les professions, les métiers, les voyages, à la ferme, au parlement, etc., Montréal, Librairie Beauchemin, limitée, Bibliothèque canadienne, coll. «Montcalm», 413 B, 1925 (6e édition), 124 p.

Cusset, Catherine, le Problème avec Jane, Paris, Gallimard, coll. «Folio», 3501, 2001, 458 p. Texte révisé par l’auteur.

Vocabulaire français-anglais des jeux de hockey[,] de tennis et de balle aux buts (base-ball), Québec, La librairie de l’Action catholique, 1937, 29 p. «Publié avec la bienveillante autorisation de la Société du parler français, qui a rédigé ce Vocabulaire.»

6 réflexions au sujet de « La langue du hockey à travers les âges (comme) »

  1. Ping : Apprendre le vocabulaire du hockey en chantant | L’oreille tendue | Blogue de Benoît Melançon

  2. Ping : Les mots et les images de l’abbé Blanchard | L’oreille tendue | Blogue de Benoît Melançon

  3. Larivière

    Wow! Cette lecture était dès plus intéressante. Les élèves de mon école tireront profit de ce que j’ai appris en lisant ce texte. C’est que je crois que comprendre que les particularités de la langue française ont souvent une explication historique peut être ‘réconciliant’… D’autant plus que ce sujet piquera l’attention des garçons. Merci!

    Répondre
  4. Ping : La bande dessinée et le hockey | L’oreille tendue | Blogue de Benoît Melançon

  5. Ping : Un réflexion sur le mot genre, genre | L’Oreille tendue

  6. Ping : Hockey, télévision, violence | L’Oreille tendue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>