Histoire d’accent

L’Oreille tendue a déjà eu l’occasion de dire un mot de la langue de Jules Verne dans les Enfants du capitaine Grant (c’est ici).

Il faut dire aussi quelque chose des langues étrangères que pratique le personnage de Jacques-Éliacin-François-Marie Paganel, «secrétaire de la Société de géographie de Paris, membre correspondant des sociétés de Berlin, de Bombay, de Darmstadt, de Leipzig, de Londres, de Pétersbourg, de Vienne, de New-York, membre honoraire de l’Institut royal géographique et ethnographique des Indes orientales».

Traversant l’Amérique du Sud — parfois à dos de tremblement de terre (en quelque sorte) —, il décide de se mettre à l’espagnol. Rien n’y fait : ses interlocuteurs ne comprennent rien à ce qu’il raconte. Comment expliquer cette incapacité à prendre langue avec «les indigènes» ? Paganel, qui n’est jamais à court d’explications, propose celle-ci à ceux qui l’accompagnent : «C’est l’accent qui me manque»; «Ah ! S’il n’y avait pas l’accent ! Mais il y a l’accent !»; «Diable d’accent !».

Il y a pourtant une autre explication à ses difficultés. C’est que Paganel est distrait : il a voulu apprendre l’espagnol dans un livre écrit en portugais.

Partir pour les Indes et arriver au Chili ! Apprendre l’espagnol et parler le portugais, cela est trop fort, et si cela continue, un jour il m’arrivera de me jeter par la fenêtre au lieu de jeter mon cigare.

On ne se gênera pas, autour de lui, pour lui rappeler son étourderie.

Référence

Verne, Jules, les Enfants du capitaine Grant, édition numérique, Project Gutenberg, 2004 (1868).

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “Histoire d’accent”

    1. Le portugais et l’espagnol sont des langues différentes. Dans ta Touraine et dans la province de l’Oreille tendue, on cause la même, avec des variations ici et là, mais nos accents ne mènent pas à l’incompréhension. (Dès que les journées auront 36 heures, l’Oreille se promet d’écrire un long texte sur ces questions d’accent, en français et ailleurs.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*