Trouvez l’erreur

En 1999, Richard Desjardins et Robert Monderie lancent leur film documentaire l’Erreur boréale; il y est question, en termes peu flatteurs, de la gestion des forêts québécoises. Erreur, accompagné d’un adjectif, est alors devenu populaire.

On retrouve des expressions construites sur le même modèle en agroalimentaire — «À quand “L’Erreur porcine” ?» (le Devoir, 11 janvier 2001) —, en politique internationale — «L’erreur américaine» (la Presse, 15 février 2003) —, en musique — «L’erreur orchestrale» (le Devoir, 14 octobre 2004, p. B8) — et dans les mines — «L’erreur minérale à éviter» (le Devoir, 21 septembre 2011, p. A7).

L’Oreille tendue s’étonne de n’avoir vu nulle part erreur gazière. En cette époque de lutte contre l’exploitation des gaz de schiste, ça s’impose, non ?

P.-S. — On pouvait entendre aurore boréale dans le titre de Desjardins et Monderie; aujourd’hui, il ne reste que l’horreur.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*