Bain lâ

@PimpetteDunoyer s’en plaignait sur Twitter il y a quelques jours : «Preuve que “Ben là” est une expression partagée par la majorité des Montréalais de 9-10 ans… #SupportePlus.»

Ben là ?

L’expression peut être une réponse, parfois marquée de résignation, à une demande jugée excessive, notamment parentale. Exemple :

Question (banale) : Tu ne crois pas que tu pourrais, à l’occasion, faire le ménage de ta chambre ?

Réponse (prévisible) : Ben là !

On l’entend de plus en plus souvent dans d’autres contextes, où il s’agit de marquer un désaccord de peu de conséquences.

Sa prononciation n’est pas uniforme. Si le ben a un son de baignoire (bain) et si le a final est gras (â), le rythme d’élocution peut varier, d’un allongement cher à l’adolescence (baiaiain lââââ) à une brièveté exclamative (bainlâ !).

Sur le plan de la syntaxe, on notera que ce ben là se place toujours en tête de phrase.

Une précision finale s’impose : le champ d’attraction de cette expression a largement dépassé le cercle des «Montréalais de 9-10 ans». L’Oreille tendue dispose à la maison d’un spécimen d’adolescent de 14 ans qui l’emploie fréquemment. On la trouve même chez des adultes. Michel Désautels l’a utilisée à la radio de Radio-Canada le 21 mars 2012, et on l’a entendue au micro de Joël Le Bigot sur la même chaîne (dans la bouche de Richard Garneau ?) trois jours plus tard. On a aussi pu la lire sous le clavier d’Anne-Marie Beaudoin-Bégin, sur Twitter : «ah ben là! tout ça pour une tache en forme de lapin!? gâtée pourrie, la môme!»

Ça ne vous plaît pas ? Ben là !

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

3 thoughts on “Bain lâ”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*