Hydrovocabulaire

Hydro-Québec oblige, les Québécois ont une relation intime avec l’électricité. Cela transparaît dans leur langue.

Si quelque chose a trop duré, ils sont prompts à tirer la plogue. «Autant tirer la plogue moi-même avant que les gens me déploguent» (la Presse, 20 mars 1999).

Leur colère subite viendra du fait que deux fils se sont touchés. D’autres avanceraient qu’ils ont pété les plombs.

Leur Révolution tranquille aurait été précédée d’une longue période d’obscurantisme, la Grande Noirceur.

Quand ils ont un moment d’inattention, ils disent dormir sur la switch. Deux exemples récents, tirés de Martine à la plage (2012), de Simon Boulerice : «Les fantômes dormaient sur la switch» (p. 18); «Ou elle dormait sur la switch» (p. 60).

Marie-Éva de Villers, dans le Vif Désir de durer (2005, p. 286), signale que Jean Charest, du temps qu’il était chef du Parti conservateur du Canada, utilisait l’expression. Maintenant qu’il est premier ministre du Québec — et qu’Hydro-Québec dépend de lui —, qu’en est-il ?

Références

Boulerice, Simon, Martine à la plage, Montréal, La mèche, coll. «Les doigts ont soif», 2012, 82 p. Avec des dessins de Luc Paradis.

Villers, Marie-Éva de, le Vif Désir de durer. Illustration de la norme réelle du français québécois, Montréal, Québec Amérique, 2005, 347 p. Ill.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “Hydrovocabulaire”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*