Les mots pour dire qu’on le dit

Dans les médias, à une époque encore récente, il fallait, avant de parler, dire Écoutez. L’autre devait prêter l’oreille. Il y avait apparence de dialogue.

Les temps changent.

On commence maintenant avec Je vous dirais que, on insiste avec Ce que je suis en train de vous dire et on s’assure de ne rien laisser au hasard avec Vous comprendrez que / Il faut comprendre que / Vous devez comprendre que.

Il importe moins de dire quelque chose que de dire que l’on est en train de dire quelque chose, et que ce quelque chose devrait se passer d’interprétation. De la «communication» comme monologue.

P.-S. — Dire se retrouve donc dans une situation semblable à celle de parler.

(Merci à @smartineau40 et à @Hortensia68 d’avoir prêté leur oreille à l’Oreille.)

 

La mort de la conversation
La mort de la conversation, Montréal, octobre 2012

 

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “Les mots pour dire qu’on le dit”

    1. Aux yeux de l’Oreille, il y a une (légère) différence. On peut sans trop de mal imaginer un usage médiatico-pédagogique de «Ce qu’il faut savoir…» : il s’agirait d’expliquer quelque chose. Pour «Ce qu’il faut comprendre…», la dimension «explicative» est moins nette.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*