Une langue flexible

Vous n’êtes pas de stricte obédience végétarienne ? Vous seriez donc flexitarien, rappelle le patron d’une chaîne québécoise de restaurants (jusque-là) sans viande. (Synonyme de bon sens proposé par @iericksen : «omnivore».)

Le mot n’est pas nouveau, explique le journal belge le Soir. On le trouve en anglais dès la fin des années 1990. (Merci à @catheoret pour le lien.)

La journaliste du Soir propose divers néologismes sur le modèle de flexitarien : flexitalisme («un capitalisme modéré où, une fois par semaine, on partagerait les richesses»), flexisocialisme («de temps à autre, […] voter à droite»), flexisme («Un jour sur deux, les femmes gagneraient autant que les hommes»).

Ajoutons flexigame à la liste : «“mais non, chérie, je ne suis pas infidèle, je suis flexigame.” #nuance» (@david_turgeon).

Voilà un préfixe d’une «flexibilité extrême» (le Devoir, 10 février 2005, p. A1).

P.-S. — Un flexitarien peut-il manger de la «viande religieuse» ? Ça se discute. (Merci à @PimpetteDunoyer pour le lien.)

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*