Requiem pour un pronom relatif

L’ex-collègue de l’Oreille tendue qui lui disait un jour que le pronom relatif était une des choses les plus difficiles à expliquer en classe semble avoir raison.

C’est du moins ce que l’on peut penser à la lecture de ceci : «On aimait dont l’haïr» (la Presse, 21 décembre 2012, cahier Arts, p. 10).

Dont ? Non. Don’ pour donc ? Oui.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*