L’orthographe de la CEIC

L’Oreille tendue ne saurait être partout; voilà pourquoi elle a des taupes. S’agissant de la Commission (québécoise) d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction — la Commission Charbonneau, du nom de la juge qui la préside —, là où règne le «croustillant», son informatrice est @NieDesrochers (merci).

En matière de jurons, celle-ci lui rapportait hier deux décisions orthographiques, dont l’une bien étonnante, dans le cadre de la transcription des débats télévisés de la commission.

La première : «“Tabarnak” ou “tabarnaque”, la #ceic opte pour la 2e orthographe.» C’est une décision qui, à l’écrit, se défend, mais elle n’est pas d’un très grand poids, dans la mesure où, à l’oral, nak et naque, c’est kif-kif. Nac aurait d’ailleurs tout aussi bien fait l’affaire. Chacun pourra continuer à dire selon son cœur.

La seconde : «Ah ? “Siboire” ? #ceic.» Cela attriste. La culture religieuse et la culture littéraire exigent, à l’écrit, «ciboire», et rien d’autre. À l’oral, c’est autrement complexe.

Les contribuables sont en droit de se demander si toutes les décisions de la CEIC sont, et seront, également fondées.

P.-S. — @curler101 voyait, dans ce «siboire», «le vin qui coulait à volonté» chez les témoins, d’où «six boires». On aimerait le croire.

Transcription d’écoute électronique (CEIC)

Merci à @PaulJournet

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*