Pas terrible, en effet

Une pancarte brandie durant une manifestation à la suite du Sommet sur l’enseignement supérieur du gouvernement du Québec :

«Pauline
c’est pas
vargeux
ton
affaire» (le Devoir, 26 février 2013, p. A3).

Un tweet :

«La pochette de Chic de ville : pire ou meilleure que celle de Rêver Mieux ? Elle n’était pas vargeuse elle non plus…» (@OursMathieu).

Vargeux, donc. Ce qui, au Québec, n’est pas vargeux n’est pas terrible.

Remarque. Vargeux ne s’emploie que dans des constructions négatives. On ne dira pas Pauline, c’est vargeux ton affaire.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

7 thoughts on “Pas terrible, en effet”

  1. pour les constructions positives, il me semble que le verbe «varger» est usité (souvent dans le sens de quelque chose qui donne des émotions fortes; par exemple: «ce groupe de death metal tendance doom varge pas rien qu’un peu»).

  2. Selon le Wiktionnaire :
    Varger : (Canada) Cogner, frapper (parfois violemment), par exemple à l’aide d’une *verge*.

    Pour la construction positive, on dit aussi, au figuré : « Ça fesse. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*