Modeste contribution lexicale au débat sur la Charte des valeurs québécoises

On se dispute beaucoup ces jours-ci, au Québec, à propos d’un document qui n’est pas encore public, la Charte des valeurs québécoises. Le gouvernement devrait la rendre publique le 9 septembre.

Samedi dernier, à la radio de Radio-Canada, l’Oreille tendue écoutait des experts débattre de ce document qu’ils n’avaient pas lu. Un de ceux-là, Louis-Philippe Lampron (Université Laval), a employé l’expression «catho-laïcité», pour désigner les laïcs-pas-tout-à-fait-laïcs, ceux que n’ennuie pas la présence d’un crucifix dans la salle où sont votées les lois du Québec.

L’Oreille propose de définir le mot ainsi : Défense de la laïcité fondée sur la croyance que le crucifix ne relève que du patrimoine historique, et pas du patrimoine religieux.

Elle irait même plus loin.

Pourquoi ne pas parler d’islamo-laïcité ? Défense de la laïcité fondée sur la croyance que le voile (la burqa) ne relève que du patrimoine historique, et pas du patrimoine religieux.

Ou de judéo-laïcité ? Défense de la laïcité fondée sur la croyance que la kippa ne relève que du patrimoine historique, et pas du patrimoine religieux.

De sikho-laïcité ? Défense de la laïcité fondée sur la croyance que le kirpan ne relève que du patrimoine historique, et pas du patrimoine religieux.

Des heures de plaisir.

P.-S. — Bernard Descôteaux, dans son éditorial du Devoir du 31 août, est clair mais concis : «Ce crucifix [celui de l’hôtel du Parlement du Québec] contredit l’image de neutralité de l’État. Il doit être retiré de cette enceinte.» Merci. Jonathan Guilbault, diplômé «en théologie et en philosophie», dans la Presse du 3 septembre, dit du même crucifix qu’il a été «complètement réduit à son rôle de babiole commémorative» (p. A13). Merci, bis.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

4 thoughts on “Modeste contribution lexicale au débat sur la Charte des valeurs québécoises”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*