À l’écart, plus ou moins

Dans les écoles québécoises, mais pas seulement dans les écoles, qui est mis à l’écart est un rejet ou un reject (à prononcer ridjekt). Cela va de soi : l’ortho a quelque chose à voir avec le reje(c)t.

Dans l’échelle des reje(c)ts, il y aurait une catégorie à part, supérieure, le reje(c)t de la vie. Exemple d’utilisation selon une jeune Montréalaise : «ayoye, lui c’est vraiment un reject de la vie». Suivant un autre Montréalais, un brin moins jeune, on peut ainsi distinguer les catégories : «Le rejet est contextuel. Le rejet de la vie est transversal.»

Si tout le monde — façon de parler — s’entend sur le sens de reje(c)t de la vie, l’unanimité est moins nette quant au moment de son apparition. @PimpetteDunoyer penche pour une éclosion récente. @meme_aimee et @maxdenoncourt croient à une histoire un peu plus ancienne.

Quoi qu’il en soit, @meme_aimee a raison quand elle écrit «Le triste de l’expression me prend, tout à coup.»

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*