L’oreille tendue de… François Blais

François Blais, Iphigénie en Haute-Ville, 2006, couverture

«Cette nuit-là, un morne silence régnait sur la mare. Toutefois, en tendant bien l’oreille, on pouvait entendre la conversation que tenaient les parents de notre jeune magnat du pain.»

François Blais, Iphigénie en Haute-Ville. Roman à l’eau de rose, Québec, L’instant même, 2006, 200 p., p. 66.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*