L’oreille tendue de… Jacques Poulin

Jacques Poulin, Chat sauvage, 1998, couverture«Le Vieux n’arrivait pas. Je tendais l’oreille pour entendre les trois bruits annonçant une visite, mais ce fut en vain. Un quart d’heure s’écoula, puis une demi-heure, et je compris qu’il ne viendrait pas.»

Jacques Poulin, Chat sauvage, Montréal et Arles, Leméac et Actes Sud, 1998, 188 p., p. 155.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*