Autopromotion 143

En ces lieux, il arrive que l’Oreille tendue parle de textes (plus ou moins) anciens.

Le 30 novembre 2013, elle donnait à lire un long extrait d’un texte édifiant, Hommage à la langue française (1937).

Le 3 juin 2014, elle citait une déclaration d’Henri Vernes, le géniteur de Bob Morane, qui contenait une allusion au Candide de Voltaire («les “quelques arpents de neige” s’imposèrent à moi»).

Elle en a tiré deux brefs textes pour les Cahiers Voltaire, reçus à la poste d’hier.

Références

Melançon, Benoît, deux contributions au dossier «Enquête sur la réception de Candide (XII). Coordonnée par Stéphanie Géhanne Gavoty et André Magnan», Cahiers Voltaire, 13, 2014, p. 239-242 et p. 242-243.

Tremblay, Laurent, Hommage à la langue française (Chœur parlé), Hull, Comité central des Ligues de retraitants, 1937, 20 p.

Vernes, Henri, «Hommage de Henri Vernes au Québec nouveau. L’auteur de Bob Morane à la Manicouagan», le Petit Journal, 4 avril 1965, p. 62.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*