L’oreille tendue de… Philippe Claudel

Philippe Claudel, l’Archipel du Chien, 2018, couverture«Celui-ci reprit, d’une voix si basse qu’il fallut à beaucoup tendre l’oreille pour l’entendre.»

«Chacun s’aplatit brutalement sur le bord de la lèvre sombre, côte à côte, essoufflé, et scruta les ténèbres. On tendit l’oreille. On n’entendit rien.»

Philippe Claudel, l’Archipel du Chien, Paris, Stock, coll. «La bleue», 2018, 288 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*