Le zeugme du dimanche matin et de Maude Jarry

Maude Jarry, Si j’étais un motel, j’afficherais jamais complet, 2019, couverture

«je me demande pendant combien de temps
elle a trouvé sans les chercher
mes cheveux roux teints dans un racoin
mon passeport expiré dans un tiroir
ma crème à la lavande sur une tablette
mes remords couchés en boule
dans la cave remplie de la succession
de la propriétaire morte»

Maude Jarry, Si j’étais un motel, j’afficherais jamais complet. Poésie, Montréal, Éditions de ta mère, 2019, 83 p., p. 73.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*