Mêlée politique

Hier, à la radio de Radio-Canada, la chef du Parti québécois, Pauline Marois, disait se trouver sur la «ligne de départ» électorale. Il est vrai qu’elle aime avoir recours au vocabulaire sportif pour causer politique. Elle ne recule jamais devant les trois périodes et autres quatre quarts (elle ne pense pas gâteau).

Elle n’est pas la seule.

Le plan de match a la cote, lui qui devrait faire plus musclé que le programme : «Un bar ouvert plutôt qu’un plan de match serré» (le Devoir, 16-17 avril 2005, p. B3); «Les faiblesses d’un plan de match. Le désintérêt affiché jusqu’à récemment par le gouvernement Harper à l’égard de l’ONU n’est pas passé inaperçu parmi les pays membres» (le Devoir, 16-17 octobre 2010, p. B1).

Pour obtenir du succès avec un plan de match, il faut que ses concepteurs désignent un porteur de ballon : «Porteur de ballon recherché» (la Presse, 9 octobre 2005, p. A12). Ce joueur, dont on espère qu’il sera majeur, a de plus grandes responsabilités que les autres. Il ne doit pas, pour reprendre une bien étrange image d’un ministre du gouvernement du Québec, «échapper la rondelle». (Il est vrai que ce ministre échappe toutes les rondelles linguistiques qui lui passent entre les mains.)

À défaut d’un porteur de ballon, il faut compter sur quelqu’un qui puisse aller au bâton : «Les radiodiffuseurs n’iront pas au bâton pour CHOI-FM» (le Devoir, 20 juillet 2004).

Pourtant, quoi que fassent ces joueurs, ils risquent d’être critiqués par des gens qui se tiennent à l’extérieur de l’aire de jeu : «Impatients d’accéder à l’indépendance de leur pays, quelques gérants d’estrade ruent dans les brancards avec des stratégies et des tactiques brouillonnes» (le Devoir, 1er novembre 2010, p. A9). Le gérant d’estrade, on l’aura compris, est un genre de belle-mère.

Cela ne devrait empêcher personne de donner son 110 % : «Tout juste s’il ne nous dit pas qu’il a donné son 110 %, qu’il travaillait fort dans les coins et que la puck roulait pas pour lui» (Voir, 29 mars 2001).

 

[Complément du 3 décembre 2010]

À l’instant, à la radio de Radio-Canada, un représentant politique : «Nous ne voulons pas rester sur les lignes de touche.»

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

6 thoughts on “Mêlée politique”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*