La capitale des capitales ?

Québec — qui aime de moins en moins qu’on l’appelle comme ça — est souvent désignée par l’expression la Vieille Capitale.

Ce n’est pas tout. Il lui arrive de se dire «capitale mondiale de la planche à neige» (le Devoir, 16 mars 2007, p. B1), «capitale de Noël» (le Devoir, 16 décembre 2009, p. A1), «capitale littéraire favorisant la création en émergence» (programme Première ovation), «capitale de la joie de vivre» (publicité de la bière la Quatre-centième), «capitale des lettres et de l’édition» (Lettres québécoises, numéro 137, printemps 2010, p. 14) ou capitale gastronomique, selon le titre du livre d’Anne L. Desjardins (Montréal, Éditions La Presse, 2008).

Le quotidien la Presse, en première page de son édition d’hier, posait une question plus fâcheuse pour les Québecquois : «Québec, capitale de la droite ? Non, affirment les résidants de la Vieille Capitale.»

Qui croire ?

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “La capitale des capitales ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*