Familles, je vous hais

On connaissait, en matière de décroissance démographique familiale radicale, le matricide, le parricide, l’infanticide, le fratricide. Plus récemment, le Québec a offert au monde les homicides intrafamiliaux.

Dans la même catégorie, mais par anticipation, il ne faudrait oublier ni le spermicide ni le fœticide — «Éduquer pour contrer le fœticide en fonction du sexe», suggère d’ailleurs le Devoir du 23 janvier 2012 (p. A1).

Ajoutons encore l’onclicide, dont parlent Christian Gailly dans Dring (1991, p. 106) et les Guignols de l’info (2011), eux qui proposent aussi, s’agissant de Ratko Mladic, tanticide, belle-mèreicide et grand-pèreicide.

André Gide paraît avoir eu raison.

Références

Gailly, Christian, Dring, Paris, Éditions de Minuit, 1991, 153 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “Familles, je vous hais”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*