Les zeugmes du dimanche matin et de Frédéric Pommier

Frédéric Pommier, Paroles, paroles. Formules de nos politiques, 2012, couvertureJean-Pierre Chevènement «prend donc des mesures, puis, à l’issue de la réunion, il prend également la parole au cours d’une conférence de presse […]» (p. 37).

«Mais elle n’est pas revenue. Ni aux fondamentaux ni dans la cuisine» (p. 90).

«Que se passe-t-il ? Tout d’abord on prend un café. Ou un whisky. Ou une menthe à l’eau. Puis on prend le temps, on discute» (p. 93-94).

P.-S. — Stricto sensu, le premier texte et le troisième ne sont pas des zeugmes, mais leur esprit relève de celui de cette figure de rhétorique.

Frédéric Pommier, Paroles, paroles. Formules de nos politiques, Paris, Seuil et France inter, 2012, 202 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*