Parlons sport en famille

Quand il ne se fracture pas quelque chose — en l’occurrence, la plaque de croissance (si si) —, l’aîné de l’Oreille tendue joue au football (le nord-américain).

Lui et elle parlent donc fréquemment sport.

Première constatation. Depuis qu’elle est petite, l’Oreille sait qu’il existe un vocabulaire français du football, mais l’usage de celui-ci paraît en voie de disparition, y compris dans les collèges francophones où on pratique ce sport. Son aîné est demi défensif, mais il se définit lui-même comme dibi (defensive back). Ses coéquipiers sont o line (joueurs de ligne offensive) ou di line (joueurs de ligne défensive), et le reste est à l’avenant.

Deuxième constatation. On a souvent dit que le vocabulaire militaire imprègne celui du football. Les joueurs défensifs mènent des blitz, devant des attaques aériennes qui n’hésitent pas à pratiquer la bombe, mais chacun sait que les matches se gagnent dans les tranchées, là où l’on souhaite créer des brèches, voire des ouvertures béantes. Cette ressemblance est réelle mais limitée.

Troisième constatation. Il semble y avoir peu d’expressions propres au football en français, outre le lexique descriptif (équipement, rôle des joueurs, phases du jeu, etc.). Les porteurs de ballon essaient de tourner le coin; s’ils y parviennent, le terrain s’ouvre, libre, devant eux. Les receveurs de passe ont intérêt à créer de la séparation; cela les éloigne de ceux qui les poursuivent, pleins de mauvaises intentions. Les uns et les autres ont intérêt à avoir de bonnes mains; ainsi, ils n’échapperont pas le ballon. (Souvenez-nous, dans l’adaptation cinématographique du Monde selon Garp de John Irving, de Roberta Muldoon, ce joueur de football ayant changé de sexe : «I had a great pair of hands», disait-elle de lui-même.) Pour gagner, il faut éviter de laisser trop de points sur le terrain et frapper dès que l’on se trouve dans la zone payante.

Bref, le football ne paraît pas avoir, du moins en français, la même inventivité lexicale que le hockey ou le baseball. Serait-ce parce qu’il est devenu populaire auprès des francophones plus tardivement que les deux autres sports ?

Il faudra que l’Oreille organise, à la manière d’un caucus, un solide échange père-fils là-dessus.

«Plaque de croissance» en réhabilitation
«Plaque de croissance» en réhabilitation

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

2 thoughts on “Parlons sport en famille”

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*