Une semaine dans les mots et dans les médias

Cette semaine, entre autres choses, l’Oreille tendue a appris quelques nouveaux mots.

20 octobre

Anacoluthe du jour

«Même si âgé et fragile, l’entraînement physique reste bénéfique» (la Presse, 20 octobre 2012, cahier publicitaire «Chez soi 55+»).

Donc, si l’on se fie à la syntaxe de cette phrase, un «entraînement physique» pourrait être «âgé et fragile». C’est toujours bon à savoir.

(Quelques jours plus tôt, sur Twitter, @LeDevoir avait, lui aussi, son anacoluthe : «Véronique Hivon renonce à ses fonctions ministérielles. Enceinte, son médecin lui a recommandé un repos complet.» On est heureux d’apprendre que le médecin de Mme Hivon est enceinte.)

22 octobre

L’Oreille tendue connaissait déjà les mobigoinfres et les mobinautes. Grâce à la Presse, elle découvre la mobilographie, cette «écriture de la mobilité» rendue possible par les téléphones dits «intelligents» (22 octobre 2012, cahier Arts, p. 5).

Vous pratiquez cette «écriture» avec un iProduit ? Vous faites alors de liphonographie.

(Intermède publicitaire : les Trottoirs de Montréal, que diffuse l’Oreille sur Tumblr, ne relèvent-ils pas de cette mobilographie ?)

22 octobre

Vous faites dans la bibliothèque et dans le blogue ? Vous faites partie de la biblioblogosphère. C’est Daniel Bourrion qui le dit.

23 octobre

Les yeux de beaucoup de Québécois sont tournés, depuis le début septembre, vers la Commission d’enquête sur l’industrie de la construction, dite Commission Charbonneau. (Un des témoins y a donné un sens inédit au mot redevances.)

Comme il est très souvent question de collusion durant les audiences de la commission, le mot collusionnaire est devenu populaire.

«Appris un nouveau mot grâce à la #ceic : COLLUSIONNAIRE. Sonne comme le stade dégénératif d’une maladie grave. Et c’est exactement ça…» (@MFBazzo)

24 octobre

Une liste de livres ? Une bibliographie. Une liste de disques ? Une discographie. Une liste de films ? Une filmographie. Une liste de ressources sur le Web ? Une webographie. Une liste de sites ?

«BIBS, besoin d’infos ! Connaissez-vous des sitographies recensant les sites sur le cinéma utiles pour le travail des vidéothécaires ?» (@PoivertGBF)

24 octobre

On connaissait l’«angoisse fiscale». Voilà que se manifestent les premiers symptômes de la «détresse hypothécaire» (la Presse, 24 octobre 2012, cahier Affaires, p. 10). La psychopathologie du pognon a un bel avenir.

24 octobre

L’organisme Culture Montréal organisait ce matin une «Table ronde sur la participation culturelle des jeunes à Montréal». Si l’on se fie à Twitter (#JeunesetCulture), l’inventivité lexicale était au rendez-vous. L’Oreille tendue, en tout cas, a étendu son vocabulaire.

Prosommateur : «un profil mixte entre “producteur” et “consommateur”» (@CultureMontreal).

Tricograffiti : «Du tricot dans l’espace urbain» (@CultureMontreal).

Museogeeks : «On s’organise, on aime aussi la spontanéité, on aime le contact» (@CultureMontreal).

25 octobre

Tous les (dé)goûts sont dans la nature.

«Je suis sapiosexuelle #jeudiconfession» (@MadameChos).

Sapiosexuelle ? Une personne, dit Internet, «chez qui l’intelligence de l’autre provoque une excitation sexuelle».

25 octobre

Le plus grand poème sur le joueur de hockey Maurice Richard s’intitule «Homage to Ree-shard», il date de 1976 et il est signé Al Purdy. Son premier vers — «Frog music in the night» — est une allusion à une insulte classique adressée aux Canadiens français, devenus Québécois : ce seraient des «frogs», des «grenouilles».

L’Oreille est toujours étonnée du fait que cette insulte soit encore pratiquée de nos jours. Ce serait le cas dans le monde du sport.

L’exemple le plus récent vient du football canadien. Un joueur (anglophone) des Alouettes de Montréal aurait traité de «frog» un joueur (francophone) des Rough Riders de Regina (la Presse, 25 octobre 2012, cahier Sports, p. 5).

En 2012 ?

25 octobre

La philosophie ne connaît pas de limites. La preuve ? L’«apiphilosophie» («happy philosophie» ?) vient de naître.

De quoi s’agit-il ? Pour un dentiste de la clinique Groupe Api, «la plus importante de Laval et l’une des plus importantes au Québec», il suffit d’être «à l’écoute» de ses clients (la Presse, 25 octobre 2012, dossier publicitaire «Santé dentaire»).

Voilà une doctrine facile à respecter, non ?

26 octobre

Scène de la vie radiophonique

«“S’emmieuter” a dit RHR à #CBMLM “Voyons, je dis même plus ça, moi” MlleCadette» (@PimpetteDunoyer).

N’oublions pas cependant qu’il existe un cas où s’emmieuter est acceptable : quand il est utilisé avec rempirer. Exemple : Les choses vont rempirer avant de s’emmieuter.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

12 thoughts on “Une semaine dans les mots et dans les médias”

  1. Je suis un peu déçue par la définition de « mobigoinfre », j’aurais cru que c’était là un terme pratique pour définir ceux qui mangent tout en textant/twittant/facebookant. On aurait même pu construire le terme automobigoinfre pour ceux qui combinent ces activités avec la conduite automobile.

  2. L’apiphilosophie

    « …il suffit d’être « à l’écoute» de ses clients (la Presse, 25 octobre 2012, dossier publicitaire «Santé dentaire »).

    Voilà une doctrine facile à respecter, non ? »

    Facile ? Quand son patient a dans la bouche des doigts gantés ou un marteau-piqueur, le dentiste doit avoir l’oreille et très tendue et très fine.

    R.M.

  3. Petit ajout sur « s’emmieuter ».
    Ce verbe fait partie de mon vocabulaire depuis ma petite enfance, en tant qu’élément essentiel d’une des sentences paternelles: « Ça rempironne au lieu de s’emmieuter ».

    Il m’arrive donc encore, contrairement à Pimpette, de l’employer encore, mais seulement dans cette expression (ou des variantes).
    L’expression citée par l’Oreille pourrait être une telle variante, à ceci près que « rempirer » paraît un peu faible à côté de « rempironner ».

    1. «Ajout» parfaitement juste. Quand elle a rédigé ce texte, l’Oreille pensait précisément à «rempironner», mais le clavier lui a fourché. Elle est heureuse de voir que ses lecteurs n’ont pas fait la même erreur.

  4. Sur l’apiphilosophie.

    Spontanément, j’aurais pensé qu’il s’agissait d’une philosophie basée sur une étude sérieuse de celle des abeilles.
    Mais non.
    De la pub, encore de la pub.
    Déception (sans surprise)

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*