Ébullition de testostérone

Dans un match de hockey, il arrive que les joueurs se battent. (C’est stupide, mais c’est comme ça.)

Comment dire ce qui se passe alors ? Quand il y a de vrais coups, on parle de bagarre, d’échauffourée ou de bataille. Quand on ne fait que se colletailler, il y a escarmouche. Il s’agit, dans les deux cas, de brasse-camarade.

D’où cela vient-il ? C’est qu’un joueur a cherché noise à un autre, qu’ils ont eu maille à partir.

Le hockey est un sport jeune, avec un vieux vocabulaire.

P.-S. — Les belligérants (toujours au pluriel) peuvent être désignés de plusieurs façons; voir ici.

P.-P.-S. — Oui, c’est de la langue de puck.

 

Référence

Melançon, Benoît, Langue de puck. Abécédaire du hockey, Montréal, Del Busso éditeur, 2014, 128 p. Préface de Jean Dion. Illustrations de Julien Del Busso.

Langue de puck. Abécédaire du hockey (Del Busso éditeur, 2014), couverture

 

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*