Une nouvelle pièce d’équipement ?

Les Canadiens de Montréal — c’est du hockey — jouent leur premier match présaison ce soir. Profitons de l’occasion pour ajouter une expression à la langue de puck.

Nous avons déjà vu qu’il n’est jamais recommandé de jouer en tenant son bâton trop serré.

En entrevue, hier, dans la Presse+, l’entraîneur des Canadiens a utilisé une expression, liée au bâton, que ne connaissait pas l’Oreille tendue :

La première chose que j’ai remarquée chez [Artturi Lehkonen], à London, c’est à quel point il avait un bon bâton, confie [Michel] Therrien. Dans le hockey d’aujourd’hui, la robustesse est encore importante, mais le jeu est tellement rapide que ça prend un bon sens du hockey, et l’une des premières choses qu’on apprend à nos joueurs, c’est d’avoir un bon bâton.

C’est noté. Merci.

Référence

Melançon, Benoît, Langue de puck. Abécédaire du hockey, Montréal, Del Busso éditeur, 2014, 128 p. Préface de Jean Dion. Illustrations de Julien Del Busso.

Langue de puck. Abécédaire du hockey (Del Busso éditeur, 2014), couverture

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *