Ballottage onomastique

Le 30 décembre 2016, le site rds.ca titrait «les Islanders [c’est du hockey] soumettent le nom de Jaroslav Halak au ballottage». (Oui, ce Halak-là.)

Le lendemain, on pouvait, lire dans la Presse+, ceci : «Il semble que le séjour du gardien Jaroslav Halak chez les Islanders de New York soit terminé : la formation de Brooklyn a soumis hier le nom de l’ex-gardien du Tricolore au ballottage.»

Dans la Ligue nationale de hockey, une équipe peut soumettre un joueur au ballottage. Une autre équipe peut alors le réclamer. Qu’il soit d’accord ou pas, le joueur risque alors de changer d’équipe. (Il y a toutes sortes de règles qui entourent ce type de mouvement de joueurs : la période durant laquelle on peut réclamer un joueur soumis au ballotage est limitée; cela ne peut pas se faire pendant le détail; etc.)

L’Oreille tendue ne veut pas être excessivement tatillonne, mais n’est-ce pas le joueur qui est soumis au ballotage, pas seulement son nom ? Que ferait une équipe avec le seul nom de Jaroslav Halak après l’avoir réclamé ? Ne serait-il pas préférable pour elle d’avoir le joueur, plutôt que son nom ?

P.-S. — Oui, c’est de la langue de puck.

Référence

Melançon, Benoît, Langue de puck. Abécédaire du hockey, Montréal, Del Busso éditeur, 2014, 128 p. Préface de Jean Dion. Illustrations de Julien Del Busso.

Langue de puck. Abécédaire du hockey (Del Busso éditeur, 2014), couverture

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*