L’oreille tendue de… Gabrielle Roy

Gabrielle Roy, Bonheur d’occasion, édition de 1976, couverture

«Azarius fut surpris du ton de sa propre voix. Il avait parlé haut s’en sans douter. Et pendant quelque temps, il écouta la plainte du vent, l’oreille tendue, et se demandant s’il ne venait pas de s’assoupir.»

Gabrielle Roy, Bonheur d’occasion, Montréal, Librairie Beauchemin, 1976 (1945), nouvelle édition, 345 p., p. 141.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*