L’oreille de l’ex

L’Oreille tendue a parlé à quelques reprises de cette créature politique québécoise qu’est la belle-mère, l’ancien responsable, généralement un homme, incapable de se la fermer sur les affaires qui ne sont plus tout à fait les siennes. Surtout audible au Parti québécois, on l’entend maintenant dans d’autres formations, voire dans d’autres sphères sociales ou dans d’autres langues.

L’ancienne chef du PQ, Pauline Marois, a été la première femme à diriger la province, mais cela est du passé. Elle participe néanmoins ces jours-ci au congrès de son parti. Elle y a déclaré hier ne pas vouloir jouer le beau-père. On appréciera le passage d’un genre à l’autre. Cela s’appelle avoir l’oreille.

 

[Complément du 18 septembre 2017]

Sur Twitter, l’Oreille tendue a reçu deux commentaires (francophones) à la suite de la parution de ce texte. D’un collègue belge, @MichelFrancard : «Cet emploi de “belle-mère” est à ce point courant en Belgique que je le pensais appartenir au français général…» D’une lectrice, @kantutita : «Moi (francophone de Suisse) je découvre l’expression !!»

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*