Les zeugmes du dimanche matin et de Maxime Catellier

Maxime Catellier, Mont de rien, 2018, couverture

«un crochet par derrière à moller
vient l’étendre comme un monsieur
à quatre sous en lui faisant perdre
le vrai nord et le goût du pain» (p. 37)

«les meubles sont lourds de linge et de secrets» (p. 117)

Maxime Catellier, Mont de rien. Roman en trois périodes et deux intermèdes, Montréal, L’Oie de Cravan, 2018, 123 p.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*