Nostalgie de rondelles

Au hockey, dans la vaste famille des tirs, il existe, en quelque sorte, un ex-tir : c’est le tir que le gardien de but aimerait revoir. Il est trop tard. Le cerbère a été déjoué.

N’en est-il pas de même de la passe de trop, celle qu’on a faite alors que l’on n’aurait pas dû ?

Le hockey, ce sport où l’on regrette : c’était bien mieux avant.

P.-S.—Oui, c’est de la langue de puck.

 

[Complément du 16 novembre 2018]

Marc Antoine Godin, sur Athlétique, le 14 novembre, proposait la graphie suivante, avec traits d’union : «Or, même sans les deux tirs-qu’il-aimerait-revoir, le Canadien perdait quand même.» Suivons-le.

 

Langue de puck. Abécédaire du hockey (Del Busso éditeur, 2014), couverture

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*