Le zeugme du dimanche matin et de Marie-Hélène Voyer

Marie-Hélène Voyer, l’Habitude des ruines, 2021, couverture

«Ainsi, pour ses 40 ans, mon père a décidé de s’initier, et de nous initier, mon frère et moi, au colletage des lièvres. Cette année-là, dès les premiers jours des vacances de Noël, on partait à l’assaut de la forêt armés d’une bobine de fil de cuivre et d’une motivation plutôt tiède.»

Marie-Hélène Voyer, l’Habitude des ruines. Le sacre de l’oubli et de la laideur au Québec, Montréal, Lux éditeur, 2021, p. 200.

P.-S.—L’Oreille tendue a présenté ce texte le 6 janvier 2022.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*