Le zeugme du dimanche matin

«Mais, soit que celui-ci se sentît suffisamment édifié sur la santé de son patient, soit qu’il ne se fût pas aperçu que le jeune homme lui eût retiré tout à la fois son bras et sa confiance, il continua son récit sans paraître tenir compte de ce petit incident.»

Jules Verne, les Cinq Cent Millions de la Bégum, édition numérique, Project Gutenberg, 2004 (1879), chap. 19.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

7 thoughts on “Le zeugme du dimanche matin”

      1. Comme la lettre volée, je n’ai rien vu ! La tournure est-elle illégitime ? Elle est peut-être plus une figure de style, comme le fameux « vêtu de probité candide et de lin blanc » de Hugo, qu’une faute proprement dite…

    1. Mea maxima culpa. L’Oreille tendue fait du courriel depuis vingt ans. Elle devrait donc savoir que l’ironie passe souvent mal dans le numérique. Bref, son «légitime» était évidemment ironique. On ne peut pas, comme elle le fait, collectionner les zeugmes avec plaisir et penser qu’ils sont illégitimes. Le zeugme est bien sûr un effet de style et ce n’est bien sûr pas une faute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*