Modeste suggestion de mise en garde

À la radio de Radio-Canada, entre 11 h et midi, le 30 décembre, on a pu entendre l’émission «Une saison dans la vie de Claude Legault». On y a appris que, pour ce comédien, «Aimer, c’est pas juste fourrer», qu’il préfère le goût du Coca-Cola (il refuse de boire du Pepsi, a-t-il longuement expliqué) et qu’il sacre abondamment (il l’a prouvé par l’exemple).

L’an dernier, à la même époque, dans une émission du même réalisateur, Francis Legault, il était question des érections de Paolo Noël.

Dans la vie de tous les jours, l’Oreille tendue jure sans retenue excessive, elle utilise des gros mots et elle aborde à l’occasion les choses de la reproduction en termes peu choisis. (Pour le Coca-Cola, elle est sans religion.) Quand il lui arrive de parler à la radio, elle ne fait rien de tout cela. Pourquoi ? Parce qu’elle essaie de distinguer ce qui se passe dans sa cuisine de ce qui est diffusé sur les ondes de la radio. Au choix, on appellera cela pudeur, politesse, distance, culture ou civilisation.

Il ne s’agit évidemment pas d’empêcher Claude Legault ou Paolo Noël de parler comme ils parlent dans la vie de tous les jours, ni de penser ce qu’ils pensent. En revanche, si Radio-Canada tient à imposer à ses auditeurs ce genre d’émissions pipeul, pourquoi ne pas expliquer à certains de ses invités que le micro placé devant eux est là pour permettre de les enregistrer et que les propos qu’ils tiennent seront non seulement enregistrés mais rediffusés par la suite, parfois en heure de grande écoute, sur les ondes de la radio, et pas n’importe quelle radio, la radio d’État ? Peut-être parleraient-ils autrement, et d’autre chose.

C’est le début de l’année : on peut toujours rêver.

P.-S. — Au micro d’Antoine Perraud, l’animateur de Tire ta langue, Jérôme Bouvier, le médiateur de Radio France, déclarait le 6 novembre 2011 que, dans le service radiophonique public, il faut «combattre en permanence» ce qu’il appelle l’«entre-soi». C’était dans le cadre d’une émission intitulée «Quelle langue pour une radio de service public ?». Voilà une citation à méditer.

 

[Complément du 2 janvier 2012]

Annuellement, la télévision de Radio-Canada diffuse une revue de fin d’année dont on dit qu’elle devrait faire rire. Celle de 2011 était navrante — ce qui n’est guère étonnant — et elle souffrait du mal décrit ci-dessus — ce qui ne l’est pas plus. Stéphane Baillargeon, du Devoir, déplorait «l’entre-nous» de ce Bye Bye 2011. Sur son blogue, Jean-François Lisée, lui, se posait la question suivante : «Et si on disait Bye-Bye à la vulgarité ?» Il ne paraissait pas exagérément optimiste.

CC BY-NC 4.0 Cette œuvre est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Pas d'Utilisation Commerciale 4.0.

Auteur : Benoît Melançon

Professeur, chercheur, blogueur, éditeur, essayiste, bibliographe, chroniqueur radiophonique épisodique, conférencier. Préfère Jackie Robinson à Maurice Richard.

3 thoughts on “Modeste suggestion de mise en garde”

  1. Bonjour, Oreille tendue,
    Grand merci pour ce commentaire fort pertinent qui écarte d’emblée tous ceux qui croient que c’est par pudibonderie que l’on s’insurge contre les jurons ou les termes mal-t’à-propos utilisés sur les ondes de la radio-télévision publique.
    Puissions-nous être encore plus nombreux en 2012.
    Bonne année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*